Refermer après usage

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mar. 22 avril 2014

82/397 : Tu ronfles !

J'ai beaucoup entendu mon père ronfler, enfant. Un ronflement puissant, très sonore, pas tout à fait régulier, avec ces variations qui font croire que ça va s'arrêter juste avant que ça ne reparte de plus belle... Odieux, insupportable, à vous rendre marteau. Mon père s'endormait partout et ronflait à qui mieux-mieux, aux concerts surtout : il y a mis beaucoup de vigueur lors d'une symphonie de Haydn notamment.

Grâce à lui, je mesure pleinement la chance que j'ai de vivre avec un homme qui ne ronfle pas. Sinon... On aurait investi dans un bon canapé il y a bien longtemps ! (là, on achève de pourrir celui qu'on n'emmènera pas dans le futur appartement).

397 chansons à prise rapide ?
Aujourd'hui "Tu ronfles !" de Juliette

lun. 21 avril 2014

81/397 : Les Romanichels

Dans le bled de mes parents, on disait "les Manouches". Dans quelle mesure ces termes désignent-ils ou pas les mêmes personnes, je constate que je n'en sais rien, et il y a un paquet d'autres choses que je ne sais pas de ce côté-là. Mon ignorance dans ce domaine est plutôt honteuse, je me dis que je devrais me prendre par la main et m'intéresser davantage à la question...

Mais bon, pas ce soir.

397 chansons à prise rapide ?
Aujourd'hui "Les Romanichels" de Juliette

dim. 20 avril 2014

80/397 : Les timides

Le stéréotype des timides, c'est "Il a l'air désagréable comme ça, mais en fait c'est une crème, il et juste très timide". Je pense "timide", et j'ai du mal à imaginer autre chose que "gentil qui rougit". Mais il y a aussi sans doute des timides qui sont de sacrés connards, y a pas de raison, non ? Alors je cherche : est-ce que je connais des timides sales types, ou des pétasses timides ?

397 chansons à prise rapide ?
Aujourd'hui "Les timides" de Juliette

sam. 19 avril 2014

79/397 : Un monsieur me suit dans la rue

J'espère qu'il est en bonne condition physique : je suis perpétuellement sur le point d'être en retard (ce qui est TRÈS différent d'être en retard), je tire les minutes par la queue, alors pour ne pas faire basculer mon organisation précaire, une fois dans la rue, je galope, je galope...

397 chansons à prise rapide ?
Aujourd'hui "Un monsieur me suit dans la rue" de Juliette

ven. 18 avril 2014

78/397 : Petits métiers

Mon CV n'est rempli quasiment que de ça. Comme une étudiante en deuxième année de n'importe quoi, je garde mes petits métiers pour allonger la sauce de mon expérience professionnelle. Je suis consciente que ça donne un CV à la con au final, ce sentimentalisme, mais bon. Prof a été mon seul métier de grande, il faut bien raconter d'une manière ou d'une autre comment j'ai lambiné en chemin...

Et puis finalement, j'ai l'impression que c'est assez classique pour ma génération : la case "formation" pleine de beaux diplômes qui brillent, la case "expériences professionnelles" comme un vide-poches où gisent quelques stages, des bidules non identifiés et des petits cédédés à la noix (oui, mais c'est MON cédédé à la noix, et j'y tiens !). Tiens, ça me fait penser à cette super chanson sur Arte Radio, allez l'écouter !

397 chansons à prise rapide ?
Aujourd'hui "Petits métiers" de Juliette

jeu. 17 avril 2014

77/397 : Sur l'oreiller

Sur mon oreiller, des taches de lait cacaoté, des traînées de morve séchée. La faute à ma petite squatteuse chérie : je préfère lui donner son biberon alanguie dans le canapé, mais quand elle se réveille trop tôt à mon goût, il y a une petite chance pour qu'elle se rendorme si elle a pris son petit-déjeuner au lit.

Elle me vole ma place, s'étend en travers du lit, elle nous donne des coups de pied, nous enfonce ses doigts dans les yeux, alterne avec des câlins très mignons, babille, bref, le cirque... mais parfois donc, le petit miracle : elle se rendort, et j'ai droit à une demi-grasse matinée. Ça vaut bien un oreiller tout crado...

397 chansons à prise rapide ?
Aujourd'hui "Sur l'oreiller" de Juliette

mer. 16 avril 2014

76/397 : Le dernier mot

Aparté : puisque je m'apprête à parler Estomac, j'en profite pour remercier Caroline et la formidable recette de Noutella maison qu'elle avait partagée ici : elle déchire sa maman, cette pâte à tartiner ! Et avec un tiers de purée d'amande / deux tiers de purée de noisette (vu que j'en avais plus assez pour faire 100% noisette), je te le recommande, c'est assez fabuleux aussi.

L'autre jour à l'épicerie, le menu du soir était assez morne, j'avise donc un sachet de pop-corn micro-ondable. C'est un truc que je n'avais pas mangé depuis vingt-cinq ans facile, le pop-corn au micro-ondes, je trouvais ça génial, le coup du sachet tout plat qui ressort tout vahiné c'est gonflé ; et de fait, nous étions excités comme des mômes qu'on emmène au cinéma voir Jurassic Park. Ou à l'Aqualand avec le toboggan géant et les séquences de vagues, enfin le plaisir de gosse exceptionnel quoi.

Mais en regardant de plus près le sachet, zut, flûte, crotte ! Il y avait de l'huile de palme dedans. Du coup, la fois suivante, j'achète du maïs à éclater, et je le balance dans la casserole avec un peu d'huile de colza : parfait. Enhardie, j'essaie ensuite de passer mon maïs au micro-ondes (toujours enrobé d'un peu d'huile) : le ratage total, à peine 5% des grains qui poppent effectivement. Aurais-je dû y mettre un fond d'eau plutôt, puisque c'est l'eau que chauffe le micro-ondes ? Mais pourtant, le pop-corn qu'on achète prêt à être micro-ondé ne contient pas d'eau, lui, alors ?...

Bref, je n'en avais pas fini de mes expériences, quand le Tigre-Chou est revenu de l'épicerie avec un nouveau sachet à l'huile de palme. Grmbl... Je m'incline pour ce soir, mais je n'ai pas dit mon dernier mot.

397 chansons à prise rapide ?
Aujourd'hui "Le dernier mot" de Juliette

mar. 15 avril 2014

75/397 : La paresse

Pff... Vraiment ? Est-ce que moi, MOI, je dois écrire sur la paresse ?

Je SUIS la paresse, baby.

397 chansons à prise rapide ?
Aujourd'hui "La paresse" de Juliette

lun. 14 avril 2014

74/397 : Mode d'emploi

Pour déboucher un évier, si la ventouse n'a pas fonctionné, et avant de passer à l'étape Destop voire plombier, mode d'emploi :

Verser une dose de bicarbonate de soude, une dose de sel fin, deux doses de vinaigre blanc.

Au bout d'un quart d'heure, verser un litre d'eau bouillante.

Recette éprouvée une nouvelle fois aujourd'hui : impeccable.

397 chansons à prise rapide ?
Aujourd'hui "Mode d'emploi" de Juliette

dim. 13 avril 2014

73/397 : Garçon manqué

Ma mère m'a raconté une fois que petite, elle demandait à se faire couper les cheveux très court : sa plus grande joie était que les passants dans la rue croient qu'elle était un garçon, c'est une méprise qui l'enthousiasmait au plus haut point.

397 chansons à prise rapide ?
Aujourd'hui "Garçon manqué" de Juliette

sam. 12 avril 2014

72/397 : Impatience

J'éprouve assez peu d'impatience en général ; le temps passe beaucoup trop vite pour ça. Et puis il y a toujours un aspect de la situation présente à savourer, même quand on a hâte de la voir évoluer.

Je pourrais être impatiente de retrouver une situation professionnelle satisfaisante ; mais j'apprécie la liberté de ces jours sans emploi (sans emploi rémunéré du moins). Il m'arrive d'attendre avec impatience l'heure du coucher de Hiboute ; ça ne dure pas longtemps, elle fait trop de trucs mignons en permanence. Et si elle est vraiment relou, je n'ai pas le temps d'être impatiente parce qu'il y a des conneries à réparer, du bordel à ranger, des saloperies à nettoyer (aaah vivre avec un enfant d'un an... tout un poème).

Et même en cas de réelle impatience, en fait, je m'aperçois que je tire plaisir de l'attente elle-même... J'imagine la suite avec délice, la joie du moment attendu s'en trouve alors démultipliée.

Ceci était un témoignage de Milky, médaillée de bonze à l'édition 2014 du meeting Sagesse Coolitude & Carpediemité.

397 chansons à prise rapide ?
Aujourd'hui "Impatience" de Juliette

ven. 11 avril 2014

71/397 : Assassins sans couteaux

Petite, c'étaient surtout les bagues dans lesquelles on cachait du poison qui me fascinaient.


La chanson du jour ne m'inspire pas beaucoup, j'ai l'esprit ailleurs et déjà un casse-tête d'écriture à résoudre pour aujourd'hui : LA lettre de motivation ultime, sublime, qui ferait oublier mon CV pas tellement sublime, lui. Y a du boulot... Je m'y remets.

397 chansons à prise rapide ?
Aujourd'hui "Assassins sans couteaux" de Juliette

jeu. 10 avril 2014

70/397 : Les dessous chics

Après avoir passé des années à galérer pour trouver des soutien-gorges, peut-être pas chics mais au moins dans lesquels je me sentais à l'aise, j'ai fini par trouver la solution. Ou plutôt, c'est la solution qui est venue à moi, ai-je réalisé en discutant d'allaitement avec une toute jeune maman cet après-midi : la solution, c'est de ne plus porter de soutien-gorge.

J'ai ainsi arrêté assez rapidement au début de l'allaitement, parce que si j'ai du mal à trouver un soutif lambda, vous pouvez imaginer la galère du soutien-gorge dédié à la sortie de nichon huit fois par jour : à côté, la quête du Graal c'est un saut à l'épicerie pour acheter un paquet de Pépito.

Et puis, m'apercevant que je ne m'en portais pas plus mal, une fois l'allaitement terminé, je n'ai pas trouvé de bonne raison de m'y remettre (c'est CERTAIN, perdre une taille de bonnet, ça AIDE à prendre ce genre de décision).

Du coup je me demande : est-ce que l'absence de dessous peut être chic ? Les garçons en général opinent "ah oui c'est très très très bien, très sympa, très frais". Quelque chose me dit cependant que je ne devrais pas complètement me fier à leur avis. Mais du reste, est-ce que ça m'intéresse d'être chic ? Déjà si je ne ressemble pas à une clocharde, c'est bien beau.

397 chansons à prise rapide ?
Aujourd'hui "Les dessous chics" de Juliette

mer. 09 avril 2014

69/397 : Une chose pareille

"C'est dimanche matin et j'épluche les offre d'emploi. J'y trouve deux catégories de boulot : ceux pour lesquels je ne suis pas qualifié, et ceux dont je ne veux pas. J'étudie les deux."

Iain Levison dans Tribulations d'un précaire.

Je cherche du travail. Quand j'ai commencé à l’Éduc Nat, je ne croyais pas qu'une chose pareille se reproduirait de sitôt... Fouiller l'internet à la recherche d'offres intéressantes, regarder longtemps par la fenêtre pour pondre de jolis mails de motivation, se savoir systématiquement sur- ou sous-qualifié pour le poste.

Je pensais que j'en avais fini pour un bout de temps avec ces moments-là, et puis, finalement, comme un naturel qui reprendrait inexorablement le dessus, me voilà à nouveau en chasse. Ces jours-ci, je me dis que je ferais mieux d'accepter ma nature volage, plutôt que de chercher à tout prix le job de mes rêves, pour m'en détourner au bout de quelques mois, parce que mes rêves auront pris du plomb dans l'aile.

397 chansons à prise rapide ?
Aujourd'hui "Une chose pareille" de Juliette

mar. 08 avril 2014

68/397 : Le petit vélo rouillé

Il y a deux ans, nous avions ma copine Amélie et moi entrepris de rallier Nevers à l'océan Atlantique, en suivant les bords de Loire à vélo (par tous petits bouts, pour faire durer le plaisir). L'été dernier, j'allaitais encore Hiboute, donc mon vélo a peut-être un peu rouillé, mais pour 2014, j'espère bien rajouter quelques kilomètres à notre compteur !

Je vous plante là avec une rediff, du coup.

IMG_4904.JPG

397 chansons à prise rapide ?
Aujourd'hui "Le petit vélo rouillé" de Juliette

lun. 07 avril 2014

67/397 : La lueur dans l'oeil

Nous avons tous expérimenté la paréidolie, qui consiste à "voir" un visage ou un bonhomme là où il n'y en a pas.

Le siège cérébral de la fonction permettant d’identifier des formes, extrêmement importante pour la socialisation et le développement de l’espèce, se situe dans le lobe temporal. Une lésion de celui-ci peut entraîner des agnosies visuelles aperceptives (par exemple une prosopagnosie, l’impossibilité d’identifier un visage) et occasionner, en réaction, des paréidolies. (Wikipédia)





Savoir dessiner, c'est en quelque sorte maîtriser cette illusion d'optique, et être capable de la reproduire à l'envi, non ?

(je suis super hors sujet aujourd'hui, pardonnez-moi, le titre d'aujourd'hui n'a fait naître aucune lueur dans mon œil...)

397 chansons à prise rapide ?
Aujourd'hui "La lueur dans l’œil" de Juliette

dim. 06 avril 2014

66/397 : Mémère dans les orties

Plus jeune, je n'étais pas toujours très sympa avec mes grands-mères. Elles m'agaçaient, chacune à sa manière, et je m'emportais vite, j'avais des mots durs, grinçants. Je crois que je n'étais pas un cadeau...

Et puis je suis devenue plus patiente, moins intransigeante. Elles m'énervent toujours par moments, mais je ne le montre plus, je reste gentille. Je sais qu'à mon âge, ça n'a plus rien d'évident d'avoir encore ses grands-parents.

Du coup, nos relations se sont apaisées, et sont plutôt agréables désormais. Même s'il a fallu quelques temps à ma grand-mère maternelle pour ne plus être sur la défensive. Quant à ma grand-mère paternelle, je pense que c'est son état qui a amoindri la toxicité du venin qu'elle distillait à mon égard !

397 chansons à prise rapide ?
Aujourd'hui "Mémère dans les orties" de Juliette

sam. 05 avril 2014

65/397 : Il s'est passé quelque chose

Les garçons de mon quartier se sont manifestés vingt-quatre heures trop tard pour le blog, en piquant une barquette de raisin chez le primeur, sous mon nez éberlué.

Alors c'est autre chose qu'il s'est passé et que je vais vous raconter.

Soirée tardive chez des amis aux Lilas. On a prévu le coup, emmené Hiboute en poussette pour pouvoir l'y coucher, et rentrer ainsi sans la réveiller (bon en fait c'est un plan qui ne marche jamais, elle se réveille toujours et on traverse Paris assoupi avec un bébé un peu dans le coltar mais les yeux bien ouverts).

Le moment venu, je l'emmène dans une chambre à l'écart du bruit et je l'allonge dans sa poussette. Je chantonne, puis je chuchote des mots d'amour, comme on fait à la maison d'habitude. Mais, comme on est dans un endroit inconnu pour elle, je décide de rester à ses côtés jusqu'à ce qu'elle s'endorme - ça prend une dizaine de minutes normalement. Alors nous restons là, dans la pénombre, elle est tranquille mais ses paupières n'ont pas l'air lourdes du tout, j'attends j'attends j'attends et elle ne dort toujours pas.

Au bout de vingt ou trente minutes j'en ai un peu marre, alors je lui dis "Chouquette, je vais te laisser t'endormir, je suis juste à côté d'accord ?" Et là, elle me fait oui de la tête (alors qu'elle manie le non avec beaucoup plus de facilité...), et au revoir de la main. Genre "Oui allez c'est ça bonne nuit, tire-toi maintenant maman".

Et bien entendu, après mon départ, elle s'est endormie en vingt-deux secondes.

Elle m'a bien fait rire...

Bien avant que Hiboute arrive dans nos vies, j'aimais déjà la devinette : "Qu'est-ce qu'un gilet ? C'est un vêtement que met un enfant quand sa mère a froid..."

Je découvre que le gilet est bien plus large que ce que je croyais, et ne protège pas, censément, que du froid. On passe son temps à projeter tant de choses sur nos enfants...

397 chansons à prise rapide ?
Aujourd'hui "Il s'est passé quelque chose" de Juliette

ven. 04 avril 2014

64/397 : Les garçons de mon quartier

C'est curieux, je n'arrive pas vraiment à me faire une idée de ce que pourrait être "les garçons de mon quartier", parce qu'il y a un comme un hiatus : je ne suis plus une gamine, ni même une jeune fille : du coup, les garçons, si c'est moi qui en parle, ce sera les enfants, ou les adolescents. Les garçons de mon âge sont des mecs ou des types ou des hommes, ou alors ceux que je connais bien et que j'appelle pour l'apéro si les filles sont déjà servies "Les garçons, vous voulez une bière ?".

397 chansons à prise rapide ?
Aujourd'hui "Les garçons de mon quartier" de Juliette

jeu. 03 avril 2014

63/397 : Une lettre oubliée

Bin non, pas de lettre oubliée chez moi, ni reçue ni envoyée. Ou alors si, peut-être, mais si je l'ai oubliée, comment vous en parler ?

397 chansons à prise rapide ?
Aujourd'hui "Une lettre oubliée" de Juliette

- page 1 de 31