Refermer après usage

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mer. 25 janvier 2017

Le recyclage DIY le plus fastoche du monde

Si vous fréquentez d'assez près des enfants en âge d'aller à l'école, vous n'êtes pas sans savoir que les écharpes n'y sont pas les bienvenues : à c'qui paraît qu'è pourraient étrangler les enfants, dites voir ! Alors que les snoods ou bêtes "tours de cou", eux, sont tolérés car ils seraient parfaitement inoffensifs (à mon avis, c'est un exemple de cirque sécuritaire parmi tant d'autres : bien fâché, on doit pouvoir faire des dégâts aussi avec un snood, mais passons. Je réserve mon énergie pour d'autres combats.)

Bon, donc il fallait un tour de cou. On en avait un qui aurait fait une bonne minerve, mais clairement Hiboute n'aimait pas le porter, et le remontait au-dessus du visage façon toque russe, très joli, très mignon mais COUVRE-MOI CE PETIT COU TU VAS PRENDRE FROID !

Je suis allée repêcher un vieux cachemire bouloché et bouffé par les mites mais encore très doux (je fais la collec de vieux cachemires importables, j'ai beaucoup de mal à les bazarder). J'ai sorti mes ciseaux à tissu, de gros ciseaux qui pèsent lourd dans la main et coupent merveilleusement bien (indescriptible plaisir). J'ai coupé sous les bras, comme ça :

IMG_3484pull.JPG
Nan j'ai pas repassé avant, tu me prends pour qui, la fée du logis ou quoi ?

Et j'ai obtenu un snood chaud, ultra-confortable (je fais deux tours avec, et la petite chérie n'est ni engoncée ni dépoitraillée ), d'aspect suffisamment miteux pour ne pas "disparaître" à l'école (ouais la bonne ambiance), et qui n'a nécessité aucun surfilage (magie du jersey). Je l'ai marqué avec un fil orange vif pour le retrouver plus facilement, et si j'avais été plus douée, tous ces trous de mite, j'aurais brodé des mignonneries par-dessus, mais bon.

lun. 15 juin 2015

Machin à coudre

IMG_0083.JPG

Depuis que j'ai reçu ma machine à coudre Ikéou (qui ressemble à un jouet, parfait quand on est un peu impressionnable comme moi), je l'ai sortie moins souvent que j'aurais voulu.

Et en parlant de volonté, justement, j'ai parfois l'impression que la mienne n'est qu'une vague illusion, et qu'en réalité, mon cerveau-girouette et mon cœur prompt à la toquade sont absolument, complètement téléguidés, non par une force supérieure (ce serait trop beau, je ferais des trucs COHÉRENTS), mais par le fil ténu de bouquets hasardeux d'événements minuscules qui constituent le gros du quotidien.

Ce n'est peut-être pas très clair, alors je vais vous donner un exemple. Il s'agit de trouver le point commun entre :

  • une vieille serviette de toilette héritée de mes beaux-parents (le classique des jeunes ménages, non, les rebuts parentaux de linge de maison ?), 20 ans d'âge (facile), qui hésite entre le beigeasse et le saumon dégueulé
  • le post de Blisscocotte sur le recyclage de vieilles nippes
  • un reste de tissu fleuri trouvé chez ma grand-mère (celui-là même qui m'avait servi à rapiécer les fesses du jean que je portais la première fois que j'ai rencontré le Chou, il m'en parle encore)
  • ma mère évoquant les marionnettes-gants de toilette que ma grand-mère (la même) avait cousus pour ma sœur et moi quand on était petites
  • un reste de teinture bleue, périmée depuis 2011, que je ne m'étais pas résolue à jeter

Le point commun, c'est que vous faites macérer tout ça quelques semaines dans un coin du cerveau-girouette susmentionné, et que vous obtenez une Milky décidant tout à coup d'utiliser la fameuse machine à coudre pour faire plaisir à Hiboute en lui fabriquant un gant de toilette lapinou.

J'ai teint la serviette, et j'ai appris que dégueulis de saumon + bleu jean, ça donne une espèce de gris supportable.

J'ai dégoté dans mon tiroir à vieilles nippes une autre serviette de toilette fatiguée, mais blanche.

J'ai fait quelques croquis préparatoires :
IMG_0073.JPG

Puis un dessin technique :
IMG_0075.JPG

Et pour finir, j'ai empoigné ma machine à coudre pour un corps-à-corps de deux ou trois heures au bout duquel je suis sortie avec ça :
IMG_0079b.JPG

Comme un blog c'est fait pour se mettre en valeur, je ne mets pas de gros plan sur les finitions...

Hiboute était très contente.

Et il me reste 95% d'une serviette gris-bizarre, qui est partie rejoindre le tiroir à vieilles nippes.

sam. 08 décembre 2012

C'est de saison

Les hormones de grossesse qui me font dégouliner de romantisme (1) ont encore frappé ; après l'anniversaire au comté et les bougies partout dans l'appartement dévasté, j'ai eu très envie de faire un calendrier de l'avent pour mon amoureux.

Celui de Cécile, l'année dernière, m'avait beaucoup plu : au lieu de mettre 25 petites merdouilles, elle avait préparé des "bons pour" (des gaufres au goûter, une sortie tous ensemble, une demi-heure de rab d'écrans...).
calendrier-avent-2012

J'ai repris ce principe avec, évidemment, des bons plus amoureux que familiaux ; en secret, j'ai fabriqué les enveloppes à partir d'un joli papier cadeau que, telle Monica de Friends, j'avais soigneusement gardé (oui, quand même, des fois, la maladie du Ça-peut-toujours-servir, ça sert EFFECTIVEMENT).
Puis le soir du premier décembre, j'ai fait la surprise au Tigre (qui, rompu aux énigmes de jeux vidéo, a tout d'abord commencé par chercher longuement la clé d'un code ou une suite logique dans les numéros affichés sur notre penderie, avant de comprendre de quoi il retournait. Je suis encore plus amoureuse dans ces moments-là)

En revanche, pour Noël, j'ai zéro idée.

(1) à moins qu'il ne s'agisse encore d'un sursaut de type "Plus que 3 mois en tête-à-tête avant d'être anéantis par un tyran de 3 kilos)

Il vous reste 6 jours pour participer à mes Dix ans de blog ! Ne soyez pas timides, montrez vos belles images à tata Milky...

lun. 28 mai 2012

Les beaux jours fériés

Cet avant-goût de vacances fait repousser mes vélléités de bricolage :

IMG_4216bis.jpg

En rectangle ou en oeuf, je les couds, mes bouts de tissu ?

L'énergie qu'il faut pour envisager de repeindre la chambre, le projet de mosaïque pour notre porte-table, l'envie de plantes sur le balcon, autant de bourgeons tardifs qui s'épanouissent au mois de mai...

IMG_4044.JPG
IMG_4600.JPG

mar. 03 janvier 2012

Voeux

voeux

Ce qui était devenu un rituel pour moi depuis quelques années, fabriquer une petite carte, avoir un geste créatif, fût-il minime, pour le début d'année, comme pour augurer des douze mois à venir... Ce rituel a bien failli passer à la trappe cette année, le travail me pompant toute velléité de créativité... (me pompant tout court, en fait).

Et puis hier veille de rentrée, pour esquiver comme je le pouvais la déprime (après avoir tenté l'astuce de cuisiner DEUX gâteaux au chocolat), j'ai pris un petit moment pour bricoler ça. Sous Open Office, c'est une gageure de faire un truc joli (même si j'aime la contrainte). Et c'est un peu triste de faire de ces statuettes de Rodin, magnifiques de grâce et de vie, une image médiocre.

Mais, comme les pantalons de jogging, les pâtisseries surgelées ou les ELLE dans une salle d'attente, une carte de vœux faite maison appartient à cet ensemble de choses, dans la vie, qui ont simplement le mérite d'exister.

Bonne année à vous, princes et princesses.

PS : on peut cliquer sur l'image pour mieux voir

PPS : j'ai pris la photo de départ à Beaubourg, dans l'expo Danser sa vie. Très chouette, je conseille.

dim. 03 juillet 2011

Le trésor

tissus1
J'ai trouvé ce "livre" d'échantillons de tissus Kenzo dans la rue, l'autre jour.

Joie ! C'est vraiment un butin de fille. Vous savez, le genre de fille irrésistiblement attirée par les papiers de couleur et les tubes de peinture, qu'on soit chez Rougier & Plé ou dans un Brico Dépôt. Le genre de fille, aussi, qui repose les pinceaux et les cubes d'aquarelle après les avoir tripotés parce qu'elle ne sait pas peindre, pas d'idées, peu de talent.

Je feuillette avec délectation mon album arc-en-ciel de motifs et de textures en rêvant à ce que je vais en faire. Ce sont des tissus d'ameublement, pas très agréable pour un plaid, à moins de le doubler avec une matière très très douce, genre fausse fourrure ou polaire ultra-fine. Je n'ai pas encore décidé...

La question à mille dollars : déciderai-je un jour, ou bien le gros livre d'échantillons restera-t-il en l'état, au fond d'une armoire, jusqu'à la fin des temps ?...

tissus2

ven. 21 mai 2010

Phénologie à ma fenêtre

Le bon côté de la gingivite (qui suit son cours, merci), c'est qu'à force de ne manger que des purées et des compotes, même sans lésiner sur la cancoillotte et les mousses au chocolat, j'ai gagné deux trous de ceinture (ce qui correspond à la perte d'un gros kilo, à la louche). J'ai la bouche pourrie mais je suis une bombasse, na.

Le son me manquait alors j'ai bricolé ça vite fait et pas très bien fait du coup, pas de préparation (à part recharger les batteries de mon enregistreur), très peu de post-production, juste un petit instantané de mon jardin et de ses habitants.

Je babille 6 bonnes minutes pour 20 secondes de gazouillis tout juste audibles, c'est une chronique de l'attente disons... Et c'est sur Gretchen Radio, bien sûr ! (c'est pas très très fort, si j'amplifiais davantage il y avait vraiment trop de souffle, il faut monter le son ou mieux, écouter au casque)

ven. 01 janvier 2009

Deux (mille dix) pour le prix d'une

Je n'arrivais pas à me décider entre les deux versions de la carte de voeux confectionnée hier ; ou plutôt, moi je préfère la version nature, tandis que tout le monde me jure que la dorée est mieux (en tous cas, tous ceux qui n'osent pas avouer qu'ils préfèrent carrément les cartes unicef).

Alors je doute et je viens vous demander votre avis, mes chéris, en même temps que j'en profite pour vous souhaiter une année douce et chatoyante.


voeux2010a
Vous pouvez cliquer sur les images pour les voir en plus grand





























voeux2010b

(images réalisées avec un compact et Paint, si c'est pas léché c'est faute de moyens...)

ven. 18 décembre 2009

Durant les travaux l'exposition continue # 5

hosto5

jeu. 17 décembre 2009

Durant les travaux l'exposition continue # 4

hosto4

mer. 16 décembre 2009

Durant les travaux l'exposition continue # 3

hosto3

mar. 15 décembre 2009

Durant les travaux l'exposition continue # 2

hosto2

lun. 14 décembre 2009

Durant les travaux l'exposition continue # 1

hosto1

sam. 14 novembre 2009

Une ressemblance troublante

L'autre jour, avec de la pâte de Speculoos, je faisais une banane à ma banane, et soudain j'ai pensé à Dick Rivers.

dickrivers

jeu. 27 août 2009

L'envol du datura qui est en fait peut-être un brugmansia

Quand je ne gamberge pas sur mon avenir professionnel, je continue de bricoler des ptits films en stop motion. Celui-ci, évidemment, sans le décor new-yorkais, est nettement moins dépaysant. Mais la nouveauté, ce coup-ci, c'est que j'ai rajouté une bande-sonore !

Je n'ose pas dire "de la musique", parce qu'en tant que compositeur-interprète, je ne suis pas près de pointer à la Sacem... pour la postérité je raconterai que c'est mon neveu de 7 ans et demi (le petit gars qu'on voit au début) qui s'est occupé de la BO.

Vous me direz si vous entendez un bruit parasite, ils se pourrait que j'aie un problème de codec (typiquement le genre de problème dont je connais le nom mais certainement pas la solution...)

Le personnage principal est un datura, connaissez-vous ses fleurs au parfum suave de lilas et d'amande ?

J'ai rajouté aussi des fioritures genre générique, tout ça, image par image sans photoshop, c'est pas peu dire que j'en ai bavé. Et puis le cadre bouge un peu, j'étais pas super stable... Maizenfin, profitons-en pour lui trouver le charme des films de vacances !

Cliquez ici pour voir le film

mar. 25 août 2009

Hugo Potter

Cet été mon neveu découvre Harry Potter (moi aussi du coup).

Naturellement, j'ai vu le coup venir de loin : il y aurait vite désir de baguette magique... Et je ne me suis pas trompée.
Mon père a choisi une branche de noisetier, et je me suis chargée du folklore :"Comme on n'a pas de plume de phénix à mettre à l'intérieur, on va la faire de la couleur de son plumage. A l'extrémité pointée vers toi, une fleur bleu cérule (1) qui te protège des mauvais sorts ; de l'autre côté, un oeil émeraude qui stupéfie tes adversaires instantanément."

J'ai martyrisé mon neveu 5 minutes le temps d'une séance photo (Tourne le poignet vers l'extérieur... Mets tes doigts davantage en avant. Non, pas comme ça ! Arrête de râler, ça se mérite une baguette magique ! etc.)

(vous pouvez cliquer sur les images pour les voir en plus grand)

baguette1
baguette 2
baguette 3

(1) OK, c'est peut-être pas un bleu cérule, mais qu'est-ce qui fait plus magique que les mots précieux ?

sam. 18 juillet 2009

Une rive entre deux ponts

Pfffou ça a été compliqué de le finir, ce probablement dernier stop-motion de mon séjour new-yorkais. Le plus carte postale sans doute, mais enfin c'était l'idée pour ces premiers essais.

avertissement : le paragraphe qui suit est foncièrement inintéressant. A moins d'être maso, cliquez directement sur le lien en dessous.

La réalisation s'est déroulée sans problèmes (après des jours de ciels trop bleus puis trop brumeux, j'ai eu juste ce qu'il fallait de nuages, et - luxe suprême - j'avais de quoi m'asseoir cette fois-ci).
Mais alors la post-prod, oh my god ! Mon logiciel s'est mis à planter systématiquement lors de l'étape finale de conversion ; après une bonne dizaine d'essais (qui prenaient chacun 5 à 10 minutes) infructueux, je suis partie à la recherche d'autres logiciels, tous téléchargés, tous plus poussifs et inefficaces les uns que les autres.
Puis j'ai désinstallé, réinstallé le logiciel de départ, sans succès, avant de trouver, enfin, la solution : travailler avec la version précédente du même logiciel... Voilà comment j'ai perdu des heures (réparties sur plusieurs soirs quand même).

Dernier obstacle : j'ai obtenu une vidéo plus lourde que ce qu'autorise mon hébergeur... Il m'a donc fallu créer un compte Youtube (qui lui-même nécessite la création d'un compte gmail) et tenter de charger ma vidéo pour m'apercevoir, au bout d'une demi-heure, que ça moulinait dans le vide depuis le début.
J'ai donc re-compressé (sans trop savoir comment) mon fichier pour pouvoir vous le livrer ici-même. J'ai pas trop compris ce que j'ai fait de différent mais apparemment cette fois vous pouvez même le télécharger si vous voulez. On n'arrête pas le progrès !

Cliquez ici pour voir la vidéo

Au départ je voulais le cadrage de Woody Allen dans Manhattan, vous savez, la scène avec le banc ; mais ce banc se trouve dans un parc dont il était indiqué qu'il fermait at dusk - et je n'allais pas me faire avoir une seconde fois comme à Central Park cette fois-ci, haha !

J'ai commencé par ne pas bouger car on m'en avait fait le reproche la dernière fois. Mais puisque j'étais là, c'était quand même dommage de ne pas lorgner du côté du mythique pont de Brooklyn (on ouvre sur celui de Manhattan, avec au fond à droite en tout petit, l'Empire State building)...

Vous noterez que pour l'imperceptibilité du mouvement, on repassera, alors dans un deuxième temps j'ai testé une autre façon de bouger, moins précise mais plus fluide.

Je m'en veux de n'être pas restée plus longtemps sur le pont de Brooklyn, il manque très nettement 5 ou 8 grosses secondes fixes dessus... mais sur le coup je n'ai pas fait très attention, et puis j'avoue qu'au bout de trois heures et demie plantée là j'en avais un peu marre... (et mon appareil photo aussi d'ailleurs).

On notera le magnifique fondu de fin, très kitschou, (trop rapide lui aussi) mais enfin, on fait de la carte postale ou on fait pas de la carte postale ?

sam. 04 juillet 2009

Un tour à Central Park ? (je poursuis mon apprentissage)

Un vrai tour, 360 degrés (en fait, un peu plus même) :

Cliquez ici

Et puis j'ai varié les intervalles de prise de vue aussi.

Je n'avais juste pas prévu un truc au "tournage" ; j'ignorais que la prairie où je m'étais installée ferme à 20h45, alors je n'ai pas pu aller jusqu'à la nuit noire... Ouh j'étais pas contente !

J'ai galéré un peu plus que la première fois pour monter la vidéo parce que je ne voulais pas être asservie aux 25 images par seconde (et le format mpeg n'autorise rien en dessous). A force de tâtonner j'ai appris un ou deux trucs au passage, si ça se trouve c'est du bricolage et il existait des solutions plus simples mais enfin, je m'en suis sortie toute seule (je suis toujours fière de ça, ce n'est pas si souvent).

mar. 16 juin 2009

A Time experience in Times Square

Hier, j'ai fait une première tentative (enfin, il y a eu une tentative zéro avant-hier mais elle ne s'appelle pas zéro pour rien) de photos en vue de réaliser un petit film en stop motion. J'ai pris le parti le plus simple quand on expérimente cette technique : pas de scénario, pas de pâte à modeler, simplement laisser filer le temps...

Mon cadrage n'est pas terrible, mais n'ayant pas repéré l'heure du crépuscule, j'avais peur de louper les changements de lumière, d'où le manque de soin (après visionnage, on s'aperçoit que j'avais largement le temps...)

Cliquez ici pour voir la vidéo

Et comme il n'y a pas de son, vous pouvez choisir ce que vous voulez comme musique pour écouter avec, c'est super non ? Très post-moderne comme concept je trouve.

Au delà du résultat vidéo (d'un intérêt limité), il y a l'expérience du temps, deux heures et demie découpées en tranches de dix secondes (fréquence à laquelle je déclenchais).

C'est assez curieux, on a parfois l'impression d'être sous l'effet de substances illicites ou alcoolisées, quand soudain on ne sait plus si ce sont cinq secondes ou cinq minutes qui viennent de passer. Physiquement, ça ressemble un peu à du travail d'usine, rester debout sans bouger, et répéter le mouvement d'appuyer sur le déclencheur toutes les dix secondes, l'oeil rivé à la trotteuse ; mais psychologiquement c'est très différent, on s'en fout d'avoir froid aux pieds, mal au dos, bêtement porté qu'on est par l'enthousiasme de voir le résultat de cet exercice abrutissant.

J'ai fini frigorifiée, ankylosée, morte de faim et envie de pipi, une vraie misère ! Mais faut croire que ça libère des endorphines à retardement, parce que deux heures plus tard, après m'être réchauffée-dégourdie-sustentée-soulagée, j'étais jouasse comme pas permis, riant de tout, débordante d'amour, heureuse.

Et au passage, mes remerciements époustouflés à mon vieux laptop qui n'a pas planté une seule fois durant toute l'opération ! Trop fort !

mer. 03 juin 2009

Tuut-blip-briiin-pouet (pour résumer)

Je viens de terminer mon deuxième montage sonore. Il s'appelle Marcher sur le bord d'un soir pluvieux dans Battery Park et prendre le ferry pour Staten Island. (J'ai essayé de faire plus concis, j'ai pas pu)(et rendons à César ce qui appartient à César : j'ai piqué à Gilda son "bord du soir" et j'espère qu'elle cautionnera ce vol car je les aime beaucoup - le bord, et Gilda)

J'ai essayé de faire quelque chose de plus narratif ; du coup c'est un poil plus fictionnel aussi - même si tous les sons utilisés proviennent de cet endroit-là de New York, et ont tous été capturés le même jour.

J'en ai bavé des ronds de chapeaux, et même des carrés de chapeaux, avec mon ordi qui fait rame comme un galérien... Par exemple, là, je vous écris, et les mots apparaissent 5 à 10 bonnes secondes après sur mon écran.
Eh ben pour les sons c'est pareil sauf que c'est pire : comment voulez-vous éprouver le rythme d'un passage quand il y a des coupures tout le temps, et que la stéréo se désynchronise... Un peu comme quand un gamin qui a quatre mois de CP à son actif lit une histoire à voix haute : la dramaturgie en prend un sacré coup.

Bref, j'arrête de râler, au moins sur l'audioblog il est fluide. Si vous voulez aller l'écouter, c'est par ici que ça se passe... (et si je peux me permettre de vous conseiller de l'écouter au casque, les yeux fermés, on entend mieux les ptites subtilités... - mieux aussi les quelques bruits parasites dont je n'ai pas su me débarrasser, mais on ne peut pas tout avoir !)

- page 1 de 2