Le Goût a raconté que j'avais fait des tentatives époustouflantes en matière de lessive écologique. Mais comme il est de très mauvaise foi, il raconte aussi, en des termes bien plus moqueurs, que ce fut totalement infructueux : c'est FAUX !

Voilà plus d'un an que je travaille à laver mon linge sans les méchants phosphates ni les affreux parfums de synthèse. Au début, effectivement, c'est rien de le dire, mes résultats étaient plutôt infects. Et puis au fil des lessives et des expériences, je me suis améliorée et aujourd'hui ma technique est au point, le linge est propre, il sent bon et je n'y passe pas plus de cinq minutes.

J'opère de façon sensiblement différente par rapport aux recettes qu'on peut trouver sur le net ; en général, on vous indique comment préparer un bidon de deux litres de lessive d'avance, en faisant fondre les copeaux de savon dans de l'eau chaude. Mes essais de ce type n'ont pas été couronnés de succès : je faisais peut-être mal, mais après avoir macéré un moment, le savon ne moussait plus et laissait des dépôts blanchâtres sur le linge (sympa).
Le liquide devenu gluant était tout à fait répugnant et surtout difficile à doser.

J'ai donc pris le parti de ne dissoudre le savon nécessaire qu'au fur et à mesure des lessives ; voici désormais comment je procède :

  • Je verse dans le compartiment lessive l'équivalent de deux ou trois cuillerées à soupe de bicarbonate de soude (on en trouve en pharmacie, mais il est moins cher au rayon condiments du supermarché, j'ai testé pour vous. Cherchez bien, à côté du sel)
  • Je fais fondre dans une petite bassine remplie d'eau chaude une poignée (pas trop grosse) de paillettes de savon de Marseille (de la marque Persavon, qu'on trouve au rayon lessives, tout en haut ou tout en bas, dans un endroit qu'on ne voit pas au premier coup d'oeil, évidemment. Mais une fois que vous en avez trouvé un paquet, il vous dure un sacré bout de temps, je n'ai toujours pas terminé le mien). Je veille à ce que les paillettes soient complètement dissoutes (je lave à 30° en général, et si elles n'ont pas fondu à ce stade, elles iront se coller aux vêtements - j'ai testé pour vous)
  • Je verse ce qui n'est donc que de l'eau savonneuse par-dessus le bicarbonate de soude.
  • Dans le bac d'assouplissant, je verse environ un demi-verre de vinaigre blanc (avec un verre entier, votre linge puera momentanément le vinaigre, j'ai testé pour vous)
  • Sur le linge, je fais tomber entre 10 et 25 gouttes d'huile essentielle de lavandin (majoritairement) que j'agrémente parfois d'un peu de romarin ou de citron. L'huile essentielle de lavande ne tache pas, mais ne tentez pas le diable non plus : je la disperse sur les tissus sombres ou à motifs ou éponge, ou à des endroits pas voyants. Si je n'ai que du linge délicat (ça ne m'arrive JAMAIS mais peut-être qu'à vous oui), je dépose l'huile essentielle sur une petite chiffe que je joins au reste du linge.
  • En revanche, l'huile essentielle de citron qu'on m'a vendue comme blanchissante, elle, a tendance à marquer le linge, donc finalement c'est pareil, évitez d'en mettre sur les tissus clairs (mais peut-être que c'est juste parce qu'elle était pure qu'elle a taché, il faudrait que je fasse des essais en la diluant dans quelque chose)

Voilà c'est tout, après je lance la machine et roule.

Pas la peine de me dire que vous n'avez pas envie de perdre du temps avec ça, je n'essaie de convaincre personne, j'ai donné ce mode d'emploi pour ceux qui voudraient bien mais ne savent pas comment s'y prendre. Je partage parce que mes fringues sont propres et elles sentent bon, procéder ainsi coûte moins cher et c'est une façon pas trop casse-couille de respecter l'environnement. Ugh.