Beaucoup de cinéma et de dvd en ce moment.

Gerry, de Gus Van Sant, (loué parce qu'en ce moment, vous comprenez, mon chéri c'est Casey Affleck), l'histoire de deux jeunes hommes qui se perdent dans le désert : une expérience cinématographique, avec ce que ça comporte de bon et de pénible. En une heure quarante de film, il n'y a qu'une quinzaine de plans, c'est très hypnotique ou très ennuyeux, selon l'humeur avec laquelle on l'aborde. Question dialogues, c'est un peu le contraire des films de Desplechin, l'intégralité doit tenir en une demi-page (police 14).

Pour le reste... Matt Damon et Casey Affleck sont intenses, le désert est terrifiant, et les longues séquences contemplatives laissent le temps de réfléchir, et l'espace pour que s'épanouissent les sentiments les plus capiteux, du sombre au noir total. Si on est un peu fragile ou dans une période de doute, on ne se remet pas facilement de ce film... (j'ai chialé pendant une demi-heure mais je ne suis pas une référence, je pleure toutes 5 minutes en ce moment). Je continue d'y penser, plusieurs jours après l'avoir visionné.

Et puis hier soir au mk2 Bibli, La fille de Monaco, d'Anne Fontaine. Davantage de l'ordre de l'honnête divertissement, mais très bien tout de même. J'ai beaucoup aimé le personnage de Luchini, ses faiblesses dont je me sens très proche, sa droiture que j'aimerais avoir ; quant à Louise Bourgoin (que je n'ai jamais vu présenter la météo sur Canal +), elle donne une dimension vraiment intéressante au concept de bimbo, vraie-fausse idiote d'eaux troubles. Pendant la première heure du film, moi aussi j'ai eu envie d'avoir une crinière blonde, des mini-robes turquoise, un portable saturé d'autocollants kawaï et des boucles d'oreilles qui pendent autant que les langues des mecs autour (et puis je me suis ressaisie ; j'ai beau souffrir d'austérité, je ne suis pas du tout sûre de me plaire dans la légèreté absolue...) Bon, et puis Roschdy Zem quoi, ah Roschdy...