Pfffou ça a été compliqué de le finir, ce probablement dernier stop-motion de mon séjour new-yorkais. Le plus carte postale sans doute, mais enfin c'était l'idée pour ces premiers essais.

avertissement : le paragraphe qui suit est foncièrement inintéressant. A moins d'être maso, cliquez directement sur le lien en dessous.

La réalisation s'est déroulée sans problèmes (après des jours de ciels trop bleus puis trop brumeux, j'ai eu juste ce qu'il fallait de nuages, et - luxe suprême - j'avais de quoi m'asseoir cette fois-ci).
Mais alors la post-prod, oh my god ! Mon logiciel s'est mis à planter systématiquement lors de l'étape finale de conversion ; après une bonne dizaine d'essais (qui prenaient chacun 5 à 10 minutes) infructueux, je suis partie à la recherche d'autres logiciels, tous téléchargés, tous plus poussifs et inefficaces les uns que les autres.
Puis j'ai désinstallé, réinstallé le logiciel de départ, sans succès, avant de trouver, enfin, la solution : travailler avec la version précédente du même logiciel... Voilà comment j'ai perdu des heures (réparties sur plusieurs soirs quand même).

Dernier obstacle : j'ai obtenu une vidéo plus lourde que ce qu'autorise mon hébergeur... Il m'a donc fallu créer un compte Youtube (qui lui-même nécessite la création d'un compte gmail) et tenter de charger ma vidéo pour m'apercevoir, au bout d'une demi-heure, que ça moulinait dans le vide depuis le début.
J'ai donc re-compressé (sans trop savoir comment) mon fichier pour pouvoir vous le livrer ici-même. J'ai pas trop compris ce que j'ai fait de différent mais apparemment cette fois vous pouvez même le télécharger si vous voulez. On n'arrête pas le progrès !

Cliquez ici pour voir la vidéo

Au départ je voulais le cadrage de Woody Allen dans Manhattan, vous savez, la scène avec le banc ; mais ce banc se trouve dans un parc dont il était indiqué qu'il fermait at dusk - et je n'allais pas me faire avoir une seconde fois comme à Central Park cette fois-ci, haha !

J'ai commencé par ne pas bouger car on m'en avait fait le reproche la dernière fois. Mais puisque j'étais là, c'était quand même dommage de ne pas lorgner du côté du mythique pont de Brooklyn (on ouvre sur celui de Manhattan, avec au fond à droite en tout petit, l'Empire State building)...

Vous noterez que pour l'imperceptibilité du mouvement, on repassera, alors dans un deuxième temps j'ai testé une autre façon de bouger, moins précise mais plus fluide.

Je m'en veux de n'être pas restée plus longtemps sur le pont de Brooklyn, il manque très nettement 5 ou 8 grosses secondes fixes dessus... mais sur le coup je n'ai pas fait très attention, et puis j'avoue qu'au bout de trois heures et demie plantée là j'en avais un peu marre... (et mon appareil photo aussi d'ailleurs).

On notera le magnifique fondu de fin, très kitschou, (trop rapide lui aussi) mais enfin, on fait de la carte postale ou on fait pas de la carte postale ?