Tout a commencé par une crampe, un soir ; je me suis dit qu'il était temps que je fasse attention au magnésium, puisque le petit poisson m'en pompait apparemment une bonne partie. Étant donné que les compléments alimentaires m'ennuient profondément (avaler des trucs sans les mâcher ? Quel intérêt ?), j'ai plutôt repensé ma liste de courses.

Parmi les aliments riches en magnésium, il y a les algues ; j'ai décidé d'acheter des feuilles de nori pour faire d'une pierre deux coups et me préparer des makis avec le saumon cru qui m'est théoriquement interdit - la surgélation détruisant les vilains germes, Pitchard est, une fois de plus, mon ami et mon sauveur.

Je n'avais jamais fabriqué de makis de ma vie, mais n'étant pas une puriste de la cuisine japonaise (je raffole des brochettes de boeuf au fromage, tu vois le genre ?), et forte de mon expérience de cinq longues semaines chez Kiki, où j'avais pu perfectionner ma technique des wraps (et qu'est-ce que c'est qu'un wrap sinon un maki occidental ?), j'ai pensé Même pas peur.

Et j'ai eu raison ! Voyez plutôt :

IMG_5321.JPG

Vous serez gentil de passer sur la piètre qualité de l'image, j'ai envie de parler de bouffe mais le stylisme culinaire, j'ai pas trop la patience.

Pour faire des makis, c'est fastoche :

  1. Vous tapez "faire des makis" dans Youtube.
  2. Vous regardez une ou deux vidéos (j'ai choisi la première) pour vous imprégner du sujet.
  3. Et après, y a plus qu'à :

hop IMG_5315.JPG (on étale le riz sur la feuille d'algues), hop IMG_5317.JPG (on dispose le saumon cru et les lamelles d'avocat), hop IMG_5318.JPG (on roule), et hop IMG_5319.JPG (on tranche).

Comme je n'ai pas prévu d'en faire tous les deux jours, j'ai estimé qu'il était inutile d'investir dans le vinaigre de riz et dans le tapis de jonc cueilli à la pleine lune et tressé en récitant des incantations. A la place, j'ai utilisé du vinaigre de cidre et une feuille de papier sulfurisé (mon meilleur ami en cuisine, celui qui m'évite de beurrer-fariner-saloper quand même mes moules à gâteaux, et qui enveloppe gentiment tout ce que j'envoie au congélateur, mon autre meilleur ami).

Mais donc, le problème quand on fait des makis (oui jusque là c'était l'intro que vous lisiez), c'est qu'il vous reste la moitié du pavé de saumon et les trois quarts d'un avocat sur les bras. Vous en faites quoi ?

Eh bien moi ce coup-ci, j'ai coupé tout ce qui restait en morceaux, j'ai rajouté une cuillerée d'huile d'olive, le jus d'un demi-citron, des fines herbes, du poivre rose, et une demi-heure de frigo plus tard, j'avais une super salade de saumon mariné qui m'avait pris 3 minutes à préparer.

J'adore laisser venir l'inspiration pour cuisiner les restes... (et quand l'inspiration ne vient pas, zou, au congélo, elle viendra plus tard). C'est un moment de créativité qui ne donne pas toujours des résultats très heureux (mes chips de chou étaient plutôt infects, je l'admets), mais quand c'est réussi, j'ai une espèce de fierté de maîtresse de maison un peu ridicule mais très satisfaisante.

L'autre jour par exemple, j'avais fait des coquillettes pilaf avec du bouillon de pot-au-feu que j'avais congelé (je vous ai déjà dit que j'aimais beaucoup congeler ?), j'avais juste rajouté un oignon que j'avais fait revenir avant, c'était tellement réconfortant comme plat !

Et vous, qu'est-ce que vous aimez bien transformer comme restes ?

Je SAIS, mon intro est plus longue que ma note, laissez-moi tranquille, je fais pas une disserte pour le bac non plus hein.