Aujourd'hui démarre le Challenge Abondance et Pauvreté de Christie, auquel je participe, car le titre m'inspirait, moi qui suis si riche à certains égards, et si démunie à d'autres.

Ainsi à la loterie de la vie, si j'ai été particulièrement gâtée en amour et en familles (celle dont je viens, celle que je construis), j'ai reçu une dotation tout à fait médiocre en ce qui concerne la santé. Je ne tombe pas si souvent malade, mais je déborde rarement d'énergie. Les heures de sommeil sont devenues ma dictature : gare à moi si je ne respecte pas le couvre-feu. Je suis la Cendrillon du sommeil. Si je ne suis pas au lit avant minuit, je me transforme en loque dépressive à tendance suicidaire. La journée n'est pas seulement difficile, elle est douloureuse, infiniment triste, les choses les plus banales me semblent insurmontables, et les plus grands bonheurs, vains.

Bon c'est pas de ça que je voulais parler mais j'avais envie de caser cette métaphore Cendrillonesque, pardonnez-moi. (Et puis les blogs c'est un peu lancer des bouteilles à la mer, aussi : avez-vous un remède miracle ? De mon côté, je soupçonne une pratique régulière du sport, mais pour ce qui est du miracle, on repassera.)

Et donc, aujourd'hui, dans le cadre de ce challenge à l'intitulé prometteur, on m'invite à partager ma meilleure recette de pommes.

Alors.

Une simple compote (pas de sucre, tout juste une pincée d'épices, et encore) suffit à faire mon bonheur, mais à l'occasion, voici une recette que j'aimerais tester - je te raconte pas comme il est fourni mon dossier de favoris Miam, 90 % des liens, ce sont des recettes que je n'ai pas encore essayées. Cliquez sur l'image pour mieux voir...

pommes
Recette arrachée à un vieux Biba. Quand on sait depuis combien de temps je ne lis plus de magazines féminins...