Ce blog n'est pas à l'image de ma vie ; je me fais du souci pour ma grand-mère, bien sûr, mais toute ma vie ne tourne pas autour de cette fichue clinique.

Et puis on a aussi des moments de rigolade, les bons jours. La semaine dernière par exemple, ma grand-mère est subitement devenue quasi-sourde. Déjà qu'avec trachéo + respirateur tu peux pas parler, je vous laisse imaginer comme la communication est facile.

Bref, avec ma sœur on écrivait directement sur l'ardoise ce qu'on voulait lui dire plutôt que de se fatiguer à hurler en espérant qu'elle saurait lire sur nos lèvres. Mon grand-père, lui s'obstinait à lui parler.

- Je t'aime, lui dit-il donc un soir (notre ours mal léché est devenu mignon tout plein depuis que sa femme est à l'hôpital).

Froncement de sourcils de ma grand-mère : elle n'a pas entendu.

- Je t'aime, répète-t-il un peu plus fort.

Toujours la grimace d'incompréhension en face.

- JE T'AIME, JEUH T'AI-MEUH ! s'escrime mon grand-père, pendant que je brandis l'ardoise "il t'aime !"

Elle hoche enfin la tête, elle a pigé.

- On le saura, lâche-t-il alors, mi agacé, mi désabusé.

On se marre bien parfois quand même.