Il y a cette fille que j'aime bien, Laetitia, qui tient un blog + une chaîne YouTube dédiés à ses expériences, sa transition vers un mode de vie écolo / minimaliste. Dans cette vidéo, elle revient sur son parcours et ses prises de conscience successives sur ces sujets :

Mon parcours Ecolo, Bio, Zéro Déchet et Minimaliste

Évidemment, que des sujets qui m'intéressent, vous me connaissez.

Je me reconnais dans beaucoup de choses qu'elle évoque, notamment le temps que ça prend de modifier ses habitudes, d'intégrer de nouvelles informations, de nouveaux réflexes. Je n'ai plus des souvenirs aussi nets quant aux étapes de mon cheminement sur cette voie, mais même si j'étais déjà fortement sympathisante de la cause bio, je me rappelle très bien que cette vidéo de Claude Bourguignon (ça commence comme ça : "Nous ne faisons plus de culture en Europe, nous gérons de la pathologie végétale" - je voudrais vous la citer intégralement) vue il y a un ou deux ans a été comme une piqûre de rappel, une piqûre avec une énorme aiguille très pointue.

Cette vidéo a vraiment marqué un tournant pour moi : avant, j'achetais quelques trucs bio un peu mollement, moins par conviction que parce que souvent (mais pas toujours) ils avaient plus de goût. Mais après, j'ai vraiment commencé à systématiser le choix du bio ; ça s'est fait peu à peu, et aujourd'hui je ne fais plus que 20 ou 25 % de mes courses en supermarché classique, et le reste à la Biocoop. Bien sûr, ça coûte plus cher (je ne sais pas de combien, je ne suis pas une comptable hyper-précise), et je suis privilégiée (et j'en ai conscience, et je rends grâce tous les jours) puisque je peux me permettre ce surcoût.

Surcoût qu'on peut parfois compenser, prenez l'exemple de la cantine de Mouans-Sartoux : La cantine 100% bio, écolo, (presque) sans déchet, où des élèves responsables mangent équilibré en choisissant leurs portions - exemple fabuleux, POURQUOI ON NE FAIT PAS CA PARTOUT ? (rappelez-moi d'aller en parler aux délégués des parents d'élèves, tiens).

Bon j'ai commencé ce billet en voulant détailler point par point mon propre parcours (ah, ma phase "lessive au savon d'Alep et à l'huile essentielle de géranium", demandez au Goût, il ne demande qu'à rigoler de ce cuisant échec) et puis c'est en train de partir dans tous les sens. Je raconterai la suite une autre fois - ou pas ! Là, faut que j'aille chercher ma poupette au centre de loisirs.