Écouté ce type, Paul Jorion, parler l'autre jour à la radio, (le titre de l'émission m'avait en quelque sorte alléchée : "Fin du monde ou fin d'un monde ?"). J'ai été si frappée par son analyse que j'en ai transcrit un fragment pour le garder au chaud :

C'est le paradoxe de la finance. Notre espèce a su s'autodomestiquer. Il y a des choses qui ne marchent pas, il y a des guerres, de la violence, mais dans l'ensemble nous avons su nous domestiquer : on sait qu'il n'y a pas besoin d'avoir un policier à chaque coin de rue. Mais la finance continue à maintenir cette image de loup pour l'homme. La nature livrée à elle-même, c'est la manière dont la finance devrait fonctionner. Il est temps de domestiquer la finance aussi. Ya pas de raison que ça exerce une prédation totale sur le reste de l'économie. En 2006, avant la crise des subprimes, 46% du PIB américain ce sont des activités financières, ça n'a pas de sens, c'est une activité de prédation sur l'économie réelle.

Bon le mec parle comme un cerveau qui va trop vite pour sa langue, du coup il ne finit pas ses phrases, donc sa syntaxe plus ma transcription à la volée donnent un résultat un peu approximatif, mais l'idée y est.