Samedi dernier, ça gratouillait un peu trop pour ne pas éveiller mes soupçons. J'ai inspecté la tête de la petite chérie et passé la mienne au peigne fin : bingo, des poux. Oh, génial.

J'ai donc entrepris de consulter mon ami l'Internet pour parer au mieux à cette invasion : le bon vieux know your enemy.

Eh bien ma foi, j'ai été assez consternée par le manque total de rigueur scientifique rencontré à cette occasion. Comment on arrive à envoyer des hommes dans l'espace alors qu'on n'est même pas fichus de circonscrire la question des poux ? (une sidération qui marche aussi avec le rhume ou les verrues)

Pour résumer, dans le domaine de la lutte anti-poux, on trouve 1. Les certitudes plus ou moins avérées 2. Les faits très controversés. Et il faut se débrouiller avec ça.

Le vinaigre serait très efficace contre les lentes. Le vinaigre n'aurait aucun effet notable. L'huile essentielle de lavande est un bon répulsif. Aucune odeur ne dérange les poux. Seuls les substances asphyxiantes (huiles et silicones) tuent les poux à coup sûr. Mais tentez les insecticides quand même, vos poux à vous n'auront peut-être pas encore muté pour devenir résistants. Et ainsi de suite...

Il semble à peu près acquis que les poux ayant quitté votre chevelure (et on se demande pourquoi, puisqu'ils semblent s'y accrocher de toute la force de leurs papattes, mais admettons) meurent de déshydratation (?) au bout de 24 à 36 heures. Dans ce cas, pourquoi ne pas simplement mettre les bonnets et autres brosses à cheveux en quarantaine, plutôt que de les enfermer dans un sac avec de l'insecticide et de passer le tout à 60°C ?
(J'ai également entendu parler du congélateur. Huit heures à - 18°C et on est tranquilles, paraît-il. Information croisée mais non scientifiquement confirmée.)

Il y a aussi le coup des lentes, qui mettent huit jours à éclore. On vous conseille donc de répéter un traitement antipoux à une semaine d'intervalle pour dézinguer tout le monde. Mais entendons-nous : toutes les lentes pondues ne l'ont pas été en une seule fois le jour de l'extermination numéro 1, n'est-ce pas ?

Bon, voilà ce qu'on a fait nous :

On a laissé poser de l'huile de coco 2-3 heures sur nos cheveux (moyennant quoi, je ne peux plus voir une noix de coco en peinture) parce qu'il paraît que ça marche mieux que l'huile d'olive. Je nous ai vaguement enturbannées dans du film plastique, mais ça tenait mal et je suis prête à parier que ce n'était d'aucune utilité.

A l'issue de ce cataplasme, avec mon peigne fin j'ai trouvé des poux encore bien vivants. Asphyxie mon œil. Bon, on a shampouiné quand même et rincé avec un mélange moitié vinaigre et moitié eau (un peu trop vinaigre au début, Hiboute a hurlé). Depuis, je vaporise ce mélange une à deux fois par jour sur nos têtes, et je passe le peigne fin aussi souvent que possible (= sur moi, toute la journée de manière obsessionnelle, et sur Hiboute, comme je peux selon ses maigres réserves de patience).

Hier, pour la première fois je n'ai trouvé aucun survivant. Mais bien sûr, le doute subsiste : je n'en ai pas trouvé parce qu'il n'y en a plus, ou parce que je n'ai pas peigné au bon endroit selon le bon angle (en multipliant par le coefficient de chance) ?

Bref, on a des poux.