Hiboute passe énormément de temps à dessiner/colorier/découper/coller des trucs, ou à me déléguer tout ou partie de ces étapes pour jouer ensuite avec le produit fini. Je m'interroge vaguement sur l'intérêt de lui trouver ces poupées de papier toutes prêtes dans le commerce, avec leurs tenues et accessoires prédécoupés, mais je pense au fond qu'un tel achat finirait par prendre la poussière sur la table, en compagnie des cahiers de coloriage qu'on avait cru judicieux de lui offrir. Cette petite préfère le sur-mesure, manifestement ; et c'est vrai qu'on ne peut pas toujours prévoir de quoi elle se toquera. Ainsi l'autre soir, elle m'a demandé de lui dessiner... des épées, des tas de petites épées (qui furent dûment coloriées et découpées ensuite, bien entendu).

Naturellement, pendant ce temps on ne rentabilise pas la superbe maison de poupée offerte à Noël ; naturellement, ça n'empêche pas notre charmante enfant de réclamer parfois une tablette comme celle sur laquelle elle a vu jouer ses cousins aux dernières vacances ; naturellement, il y a tout de même 1000 merdouilles en plastique qui traînent dans la maison, apparues on ne sait trop comment au fil des mois.

MAIS j'adore qu'on, qu'elle passe autant de temps à ces jeux simples et sans prétention. C'est à la fois stimulant et reposant : on a besoin de trois fois rien, et tout est possible. Vive le low-tech, et vive l'infinie sagesse de Mme Musquin dans Le Père Noël est une ordure : "Alors qu'avec un bout de ficelle et un morceau de carton ils s'amusent comme des petits fous !"