Alors si vous vous demandiez, la réponse est non : la rédactrice en chef des Belles Histoires n'a jamais répondu à mon courrier.

Mais il semblerait que Bayard Presse ait gardé une dent contre moi, car il a envoyé un agent pour se venger, oui oui, en la personne d'un vieux Popi d'avril 2014.

Le Popi en question s'est sournoisement glissé dans la housse de couette de Hiboute afin de pouvoir infiltrer ma machine à laver, façon cheval de Troie. Le combat fut rude : sachez que le Popi supporte très mal d'être passé à 60°C, cf. document A.

popi.JPG

doc. A : J'ai eu un peu de mal à identifier le corps.

Mais ça fait partie de sa technique kamikaze : sous cette forme, il a pu occasionner un balourd (1) de compétition qui a tellement déséquilibré le tambour de notre lave-linge que le caoutchouc a littéralement fondu d'un côté, et s'est déchiré de l'autre. Oui ! Ce con de Popi a réussi à dézinguer notre machine à laver ! Salaud !

J'ignore combien c'est embêtant. La machine fonctionne toujours, mais est-ce que les bouts de caoutchouc qui manquent étaient très importants, ou pas trop ? Je n'en sais rien. Et surtout, est-ce que le tambour est revenu bien gentiment sur son axe, ou pas ? Je n'en suis pas sûre, et d'après ce que je lis, c'est quand même un peu la merde.

Bref, décidément Bayard Presse, c'est le Mal incarné.

(1) Cette histoire m'aura donc fait découvrir le sens technique de ce mot, et je vous avoue que je me sens toujours mieux quand je peux mettre un mot précis sur mes malheurs.