Arrêtez tout, ça y est, j'ai trouvé le glacier ultime ! (Sachant que j'étais déjà pas mécontente avec Amorino, mais que je me méfie de leur succès un peu trop énorme, chais pas, je trouve ça louche)

Ça s'appelle la Fabrique Givrée, je suppose qu'ils existaient depuis un moment déjà en Ardèche, mais ils viennent d'ouvrir à Paris (rue Soufflot, juste en face du Luxembourg) et donc j'en viens et c'était fabuleux.

Déjà, ils m'ont comprise tout de suite : ils ont une formule dégustation de 6 mini-boules, donc je n'ai hésité que 800 ans pour choisir mes parfums. Ensuite, ils travaillent beaucoup avec des produits locaux - enfin, locaux d'Ardèche quoi, bon, mais attends : locaux ET de saison : de la glace aux fraises, y en aura plus cet hiver par exemple. Le truc qui paraît évident mais qu'on ne voit pas si souvent en vrai, en fait (le nombre de restos pourtant attentifs aux produits, et qui continuent de te faire des desserts aux framboises au mois de janvier). Oui, d'accord, C'EST VRAI, ils sont comme tout le monde, ils ont vanille et chocolat et ça vient pas d'Ardèche et ils en ont sans doute toute l'année. Mais après, toi t'es pas obligé de prendre vanille-chocolat quand t'y vas, d'ailleurs a priori je te suggèrerais plutôt de faire comme les Romains à Rome et de prendre la glace au marron, hein.

D'ailleurs j'ai pris quoi moi, ça t'intéresse ? Je te raconte :

  • Abricot de Saint-Rémy-de-Provence
  • Pomme-Safran d'Ardèche (mais oui, ils ont du safran là-bas)
  • Basilic bio d'Ardèche
  • Marron d'Ardèche
  • Datte Medjool Fleur d'oranger du Liban (ok on s'éloigne un peu mais vous comprenez bien que je n'avais pas le choix)
  • Amande grillée Bio de Valencia

(Non y a pas de photo, on n'est pas sur instagram non mais ho) (en vrai j'ai laissé mon APN (et ma fille) à mon amoureux, tout là-bas dans les Cévennes)

L'abricot était sympatoche, mon palais n'est pas assez fin pour le sorbet pomme-safran ; l'amande grillée faisait bien le job, et la glace datte Medjool-fleur d'oranger était absolument divine. MAIS ALORS LE SORBET BASILIC ET LA GLACE AUX MARRONS OH MY GOD je pense que je vais en rêver cette nuit. Ce sont les deux parfums que j'ai choisis un peu sur un coup de poker, je craignais un truc trop astringent d'un côté, trop écœurant de l'autre, et en fait c'était tout simplement parfait : le basilic d'une délicatesse ahurissante, le marron d'une finesse époustouflante.

Bon, attention, c'est pas donné (tu payes les bons produits, normal, mais je les sens attentifs aussi à tout ce qu'il y a autour, les détails comme les jolis petits plateaux en bois, la police de caractère à la mode, la com qui soigne la bonne distance, ni sympathie forcée et forcenée façon Michou & Augustin, ni snobisme un peu froid d'Amorino qui laisse tout écrit en italien et tu te démerdes). Mais comme je dis toujours, les pâtisseries et les glaces de luxe, ça reste toujours plus abordable que la maroquinerie ou les voitures de luxe.

Bon et maintenant la question subsidiaire : en aurais-je écrit autant sur le sujet si je ne venais pas de passer une semaine en solitaire (vie ma vie de mormone) ? Il est possible que je n'aie pas tout à fait eu ma dose de parlote. Le Chou et la Chouquette rentrent demain, c'est parfait.

(1) je ne sais pas si les mormons suivent les infos mais j'avais quand même Internet cette semaine et oh misère.