Je crois que notre Chouquette ne fera plus jamais de rentrée aussi cool de toute sa scolarité ; non seulement elle retrouvait sa maîtresse et sa classe, mais aussi sa meilleure amie, le tout dans une ambiance extrêmement détendue puisque, double-niveau oblige, il n'y avait d'abord que 6 « moyens » la première heure (le troupeaux de petits ne faisant sa rentrée qu'à 9h30). Elle est très heureuse, mais le soir quand je la récupère crevée et relou, c'est une autre histoire, le contraste est fort avec les dernières semaines toutes douces et tranquilles. J'essaie de garder la coolitude des vacances pendant le fameux créneau de l'enfer, 17h-20h, pour le moment ça ne marche pas trop mal.

De mon côté, je suis ravie (comme beaucoup de parents) d'avoir retrouvé le calme du travail. Pas de bonnes résolutions pour cette rentrée, mais des envies assez fortes de grand ménage de printemps : envie de virer tout ce qui ne me met pas en joie (oui j'assume, j'ai lu et j'aime Marie Kondo - même si visuellement chez nous ce n'est pas évident-évident), envie de voir plus de bons films et moins de vidéos Youtube médiocres, envie de finir tous mes projets à moitié entamés qui m'épuisent à force de traîner dans un recoin de ma tête (bon, joker pour le tricot peut-être, quand même), envie de mieux utiliser mon temps : j'ai la chance d'en avoir, c'est indécent de le gaspiller.

Le but n'est pas de me coller une pression de malade (parce que oui, des fois on a besoin de zoner une heure en traînant sur Twitter), seulement de mieux profiter de la vie. (ou alors tout ça c'est juste l'angoisse du spleen automnal qui me tourne autour)

IMG_4514.JPG (et j'ajoute quand même une photo de vacances parce qu'à la rentrée à la machine à café on se raconte aussi comment c'était au camping de la plage)