L'idée m'est venue tout à l'heure en coupant les légumes pour faire une soupe. (La cuisine, deuxième meilleur endroit de la maison pour avoir des idées, derrière la douche.)

Je précise que l'idée m'est venue tout à l'heure pour m'excuser du caractère foutraque que ce calendrier de l'Avent revêtira sûrement : je suis d'habitude plutôt du genre à y réfléchir à 12 fois avant d'écrire quelque chose - ce qui fait que souvent, je n'écris rien, vous avez compris le principe.

Mais voilà : ça faisait un moment que je cherchais une contrainte d'écriture pour ce blog en friche. Légère, la contrainte : 24 jours, ça me semblait faisable. On va voir si j'y arrive. Et donc, comme c'est la mode des calendriers de l'Avent on dirait, et que je suis une fille à la page ("à la page", cette expression qui te place tout de suite hors-jeu si tu l'emploies), pouf, le concept était tout trouvé.

Mon idée est la suivante : pendant cette période de l'Avent, j'ai envie de parler du monde d'après. D'après quoi ? Ben d'après maintenant... Le monde qui se dessine et/ou que j'ai envie de voir se dessiner, côté optimiste. Si je me fonde sur les pistes qui me sont venues à l'esprit pendant que j'éminçais l'oignon et que j'ajoutais le paprika, il sera question, en vrac : a) de Grandes Causes auxquelles personne ne pourra répliquer "Nan mais attends, tu te trompes de combat, là, et si tu t'intéressais aux vrais problèmes plutôt ?" b) de micro-bidules insignifiants qui empruntent des voies détournées vers ce fameux monde meilleur, et n'intéresseront au mieux que deux pelés et trois tondus parmi vous c) de gens qui font des trucs cool d) d'idées à lire, à écouter, à regarder e) euh c'est tout pour le moment.

Et ce sera illustré avec des dessins de ma fille - vu qu'elle en produit au kilomètre, je n'aurai pas besoin de me casser beaucoup le trognon pour cette partie-là. Et en plus, tu vois le symbole, les dessins d'enfant, le monde de demain, c'est hyper profond et pas du tout cucul la praloche, nan ?

Allez, zou, c'est parti.

avent01.JPG

Bon alooors, pour ce 1er décembre, de quoi je vais vous parler ? Pique-nique-douille-c'est-toi-l'andouille.

Tiens, je pourrais commencer par les ZARBRES.

Si j'étais un personnage dans Astérix, je serais peut-être bien Idéfix (Le Goût et Heure Bleue vous diront que pas du tout, que je suis le portrait craché du fils de Soupalognon y Crouton, mais ça me casse mon intro alors ne les écoutez pas il ne me reste que 12 minutes pour écrire ce post). A cause de son amour des arbres, vous l'aurez compris. J'aime beaucoup les arbres. Et le bois a pour moi une telle noblesse (le temps qu'il faut ! et ça sent si bon !) que mon cœur se déchire un petit peu à chaque fois que je croise une planche abandonnée dans la rue. Je vous jure qu'elles m'appellent toutes systématiquement : Adopte-moi ! Emmène-moi avec toi ! Je sais bien que t'es pas menuisière et que je vais traîner dans ton entrée cent sept ans sans que tu saches quoi foutre de moi, mais c'est pas grave ! Prends-moi !

Je vous jure, j'ai pas une vie facile. (Non parce que des palettes et des bibliothèques abandonnées sur les trottoirs de Paris, y en a presque plus que des cacas de chiens).

Oh là là je dévie dangereusement. Ok j'avais prévenu que ce serait n'importe quoi, mais je voulais parler des arbres, pas du bois.

Il y a des tas d'associations et d'initiatives qui s'occupent de planter des arbres. Pourquoi ça me plaît ? Parce que c'est très transversal. Ce n'est pas intéressant que parce que ça fabrique de l'oxygène. C'est bon pour l'air, c'est bon pour l'eau, c'est bon pour les sols, c'est bon pour le climat, c'est bon pour la biodiversité, c'est bon pour les gens : parce que ça crée des emplois, parce que ça fait de l'ombre en ville quand on frit sous le cagnard, parce qu'une balade en forêt est 1000 fois meilleure pour le moral qu'une balade au centre commercial... Je m'arrête là, je n'ai pas besoin de pondre un bouquin sur le sujet, d'autres l'ont fait déjà (et de façon très très passionnée).

Allez je balance des noms maintenant.

Il y a le moteur de recherche Ecosia, qui plante des arbres grâce à ses revenus publicitaires. Je ne sais toujours pas trop si c'est du lard ou du cochon à certains égards parce que je manque de temps pour creuser le sujet, mais a priori ça a l'air bien. Et comme moteur de recherche au quotidien, après plusieurs mois d'utilisation, je le trouve concluant.

Il y a l'entreprise Reforestaction, qui me permet d'être cette copine relou qui offre des arbres plutôt que des fringues comme cadeau de naissance. Je crois qu'ils ciblent surtout les entreprises (vous voyez dans Friends, quand ils sont deg parce que le cadeau de Noël de la boîte c'est une donation faite en leur nom au National Ballet Bidule ? Bon c'est le même esprit. Feue ma grand-mère tirait la tronche quand je lui demandais des arbres à planter pour Noël... Mais ça me faisait vraiment super plaisir ! Je suis sûre qu'il peut y avoir des fois où ça fait plaisir aux deux parties).

Il y a Sauvons la Forêt, le site de pétitions spécialisées dans la défense des forêts, qui ont un nombre d'ennemis pas croyable.

Il y a l'association Duramen, qui travaille sur le patrimoine et la gestion forestière. Celle aussi des Planteurs Volontaires, qui s'occupe de reboiser la région Nord Pas-De-Calais, une des régions les plus démunies de France. Ils ont bien évidemment besoin de soutien financier, mais si on habite la région, on peut aussi par exemple leur signaler des terrains susceptibles de pouvoir accueillir des plants.

Je m'arrête là parce que je dois aller chercher ma poupette à l'école. Mais si vous connaissez d'autres initiatives intéressantes, n'hésitez pas à les ajouter dans les commentaires. Ça me requinquera quand j'aurai le moral dans les chaussettes.