Tous les ans c'est la même histoire. Vers la fin décembre, je commence à penser à la confection d'une carte de voeux. Début janvier, je m'impatiente, ça ne vient pas, puis je m'exaspère : à quoi bon, de toute façon ? Qu'est-ce que ça change, que je le fasse ou pas ? A quoi ça sert, la création ? Pourquoi ? Quel est le sens de notre existence, hein ? Et la laine, faut l'essorer à combien ?

Bref. Et puis tous les ans, au bout de longs jours stériles, envers et contre tout, y a une petite idée qui vient quand même pointer le bout de son nez. Cette semaine, galvanisée par une série de bonne nouvelles (l'interdiction de la pêche électrique en Europe, l'abandon de NDDL, l'annulation d'un débat entre Zemmour et Onfray faute de public intéressé (bref, de quoi redonner foi en l'être humain)), j'ai eu envie que ça continue comme ça ; je vous souhaite, je nous souhaite un flot de bonnes nouvelles, d'humour, d'amour et d'intelligence pour illuminer nos journées, nos semaines, notre vie en 2018.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je vous embrasse !

PS pour Couac : oui, j'ai TOUT piqué à ton lardon pour le design de l'ampoule ! J'espère qu'il ne m'en tiendra pas rigueur (sinon, dis à son avocat de contacter le mien).

PPS pour tout le monde : en parlant de lumière, je sais que j'ai (lâchement) abandonné mon Calendrier de l'Avent à deux fenêtres de la fin. C'est moche. Mais j'ai toujours ces deux derniers billets sous le coude, et je les sortirai un jour ou l'autre.