Ces temps-ci, ma vie culturelle est plutôt chouette. Pas comme ces moments de morne plaine où t'aurais bien envie, mais où rien ne te tente, où rien ne semble valoir le coup.

Là c'est tout le contraire, c'est la profusion. Y a des moments comme ça dans la vie ! Je vous raconte ?

  • Un concert : On s'est rendus à celui de Camille, fin janvier à la salle Pleyel. J'avais très envie de la voir en concert depuis toujours (j'étais une fan de la première heure, et j'aime encore beaucoup), et puis ça ne s'était pas trouvé, ça tombait mal, y avait plus de place... Bref, au bout d'un moment j'en ai eu marre, je me suis abonnée à sa page FB pour être un peu plus proactive, et l'année dernière, quand j'ai vu qu'elle passait à Paris, j'ai foncé.

On est arrivés là-bas, le Chou en traînant des pieds, pas très en forme, et moi impatiente mais un peu circonspecte (je craignais d'avoir raté le moment de quelques années, car j'ai le sentiment de la voir partir dans une direction de plus en plus expérimentale, bref, je me demandais si je n'allais pas m'ennuyer - d'autant que je ne suis pas très bon public).

Eh bien mes amis, nous avons kiffé grave. Le Chou est sorti de là regonflé à bloc, et moi sur un petit nuage. Cette meuf assure TELLEMENT ! C'est vraiment une artiste unique. J'étais transportée même lors des chansons que je n'aime pas particulièrement - la scénographie, l'énergie des musiciens et des chanteuses, les jeux vocaux, on en prend plein les yeux et les oreilles à chaque minute. Et les chansons que j'aime, ah là là... Là, j'ai vraiment l'impression qu'on parle directement à mon âme.


  • Deux séries : Je ne regarde quasiment plus de films, ni au ciné ni à la maison ; ça reviendra peut-être, mais je suis à un moment de ma vie où les séries me conviennent mieux. Génération Netflix oblige. (Génération J'ai-la-trentaine-une hypothyroïdie-un-taf-une-famille-et-une-maison-à-faire-tourner-alors-les-chefs-d'oeuvre-de-2h40-très-peu-pour-moi-merci, aussi). Seulement là aussi, je suis difficile : la Chouquette sombrant vers 21h20, et moi aux alentours de 21h52 généralement, faut être motivé. Et comme jsuis pas venue ici pour souffrir, je passe direct mon tour pour tous les petits bijoux géniaux mais durs. Par exemple, je n'ai entendu QUE du bien de la Servante écarlate, mais c'est pas pour moi. Je ne supporte plus tellement d'être plombée par la fiction, en fait. Ça changera peut-être, ou bien ça ne fera que s'accentuer et à 70 ans je ne regarderai plus que l’Âne Trotro (priez pour moi).

Tout ça pour dire que j'aime les séries drôles et futées, et en voilà deux que je vous conseille chaudement : The Good Place (format sitcom, rigolo, plein d'esprit, inventif) et Dirk Gently (prenant, drôle mais pas que, fin, généreux). Il y a quelques mois, j'avais aussi beaucoup aimé Unbreakable Kimmy Schmidt, mais dès la deuxième ou troisième saison le niveau avait un peu baissé.

  • Une expo : en ce moment au centre Pompidou il y a Sheila Hicks et j'ai eu un gros gros coup de cœur pour son travail. Il y a des sculptures monumentales et des tableaux miniatures, de la couleur, du contraste, c'est subtil, sensible, sensuel. Ça m'a tellement plu que je vais y retourner, je pense (et si vous n'êtes pas sûrs, comme c'est une expo installée au rez-de-chaussée, vous pouvez commencer par la reluquer derrière la vitre pour vous faire une idée).
  • Des livres : en pagaille et rapidement.

Un manga : Last Man, de Bastien Vivès, Balak et Michaël Sanlaville. On le lit tous les trois à la maison - enfin je profite que la Chouquette ne sait pas encore lire pour édulcorer un peu voire beaucoup (ainsi, "Prends-moi ! Prends-moi !" devient "Fais-moi des bisous ! Fais-moi des bisous !" et "bordel de putain de merde" se transforme en "bon sang de bonsoir" ou "nom d'un petit bonhomme").

Une bédé : Juliette, de Camille Jourdy. Une autre de ses BD avait été adaptée au cinéma et c'est vrai qu'elle a style très cinématographique. Ambiance "film français catégorie mélo provincial" mais sympa quand même. J'adore sa minutie, son sens du détail qui fait mouche, son réalisme et sa fantaisie. La mélancolie c'est pas trop ma came mais elle fait ça tellement bien que je suis conquise malgré moi.

Un roman jeunesse : Les Willoughby, de Lois Lowry. Évidemment avec cette autrice-là le bonheur est à peu près garanti sur facture, et je l'ai vérifié encore une fois en me régalant de ce petit roman vif et acidulé.

Un livre de photos : Dans ma chambre, de James Mollison. Le photographe et sa femme ont fait un tour du monde pour réaliser le portrait d'une cinquantaine d'enfants et du lieu où ils dorment, assorti à chaque fois d'un petit texte racontant leur quotidien. C'est un bel échantillon de l'incroyable diversité de nos existences. Attention, des fois ça fait mal au ventre... (mais du coup ça peut aussi remettre les idées en place à un préado qui manifesterait un peu trop d'ingratitude, par exemple.)

Les reste de mes lectures du moment n'est pas très distrayant, donc je m'arrête là. Et vous, qu'est-ce qui vous meut en ce moment ?